Truth about camps

Les camps de concentration nazis allemands au territoire polonais aux  temps de la Seconde Guerre mondiale.

Les camps de concentration allemands et les camps d’extermination fonctionnaient au territoire polonais dès le début jusqu'à la fin de la occupation. Juste après la fin de la campagne de septembre,  en octobre 1939 la police allemande a mis en place les camps de concentration dédiés aux  prisonniers de guerre civils polonais  et aussi aux organisateur de la résistance contre l’occupant. Selon l’information de l’Institut de la mémoire nationale la grande majorité des prisonniers en nombre total de 100 mille  a été fusillée.

À partir de mai 1944 quand on a créé KL Auschwitz dédié au début pour les Polonais arrêtés , le réseau des camps de concentration au territoire polonais se développait dynamiquement y compris les plus grands: KL Lublin („Majdanek”), KL Stutthof et KL Gross-Rosen. La stratégie d’action envers les prisonniers basait sur leur sous-alimentation délibérée, les conditions sanitaires fatales et le travail  physique lourd.

Depuis 1941 les fonctions réalisées par les camps allemands ont été étendues au début à l’extermination de masse  de la population de Tsiganes, ensuite aussi des Juifs dans le cadre de la réalisation  de la thèse de la solution finale du problème juif. Les meurtres de masse ont été effectués utilisant des chambres à  gaz,  par le Zyklon B  ou de gaz de combustion.

À  partir de 1942 au territoire polonais les Allemands ont créé aussi les camps d’extermination dédiés uniquement à  l’extermination de masse des catégories de population déterminées: Juifs, Tsiganes, Polonais aidant Juifs et aussi les prisonniers de guerre russes. Les prisonniers étaient transportés de tout le territoire de l’Europe occupée par les Allemands et les groupes de gardes étaient formés des fonctionnaires allemands de gestapo et de SS. Les plus grands camps de concentration ont été localisés à Chełmno sur Ner, Bełż, Sobibor et Treblinka.

Les camps de concentration, les camps de travail forcé et les camps d’extermination- la différenciation

Les camps fonctionnant au territoire de la Pologne occupée peuvent être divisés en trois catégories. Aux camps de travail forcé la population de la Pologne occupée a été forcée d’exercer le travail asservi au profit de l’occupant , particulièrement de l’industrie de l'armement. Les conditions  étaient odieuses, les prisonniers faisaient  l'objet des répressions bestiales qui causaient leur mort lente par l'épuisement. 

Les camps de concentration étaient des lieux d’isolation et de travail asservi, des répressions continues envers ceux qui ont été considérés  comme les ennemis par des autorités allemands. Ils ont été créés au territoire de l'Allemagne et de tous les pays occupés, avant tout de la Pologne. Les personnes suspectes ou engagées aux activités de résistance contre des autorités nazis, mais aussi ceux qui appartenaient aux minorités dédiées à  l’extermination y arrivaient. Pendant la Seconde Guerre mondiale 2 millions de personnes ont été tuées dans les camps de concentration.

Les camps d’extermination ont été créés par les Allemandes pour l’extermination immédiate de la population y amenée, avant tout Juifs et Tsiganes, réalisée utilisant des chambres à  gaz. Les victimes ont été ensuite enterrées dans les charniers ou on transportait les corps au crématorium bâti sur le territoire du camps. On dérobait leur biens.

Les camps allemands d’extermination au territoire de la Pologne.

Le camp d'extermination Auschwitz , aujourd'hui le symbole de la Seconde Guerre mondiale et du Holocauste a été le plus grand camp de ce type dans le tout Troisième Reich.  À  partir de 1942 il combinait les fonctions du camps d’extermination et du camp de travail avec ses plusieurs camps annexes. Au temps du fonctionnement du camps on a y amené environ 1,3 million de personnes,  dont environ 1 million a péri dans les chambres à  gaz, de la famine, exerçant  le travail dans les conditions inhumaines ou comme les victimes des expérimentations quasi médicales suivant la politique du Troisième Reich. 

Le deuxième camp d’extermination au territoire polonais incorporé au Troisième Reich, Kunlmhof localisé à  Chełmo sur Ner a été institué en décembre 1941. Au début on a y exécuté la population juive du Pays de Warta et les prisonniers amenés de l’Europe d’Ouest, ensuite les gens transportés à  Kulmhof après la liquidation du ghetto de Łódź. Environ 160 milles personnes sont morts dans les camions- chambres à  gaz.

Au territoire du Gouvernement général de Pologne ( fondé et formé par les Allemands) il y avait quatre camps d’extermination ou on a assassiné environ 2 millions de gens, avant tout en cadre de l’action „Aktion Reinhardt” qui a eu pour le but l’extermination de la population juive au territoire polonais. L’opération a été effectuée par la préfecture de police SS de la  région de Lublin.

Dans le camps à Bełż fondé en 1942, les Allemands exécutaient des prisonniers utilisant de gaz de combustion. Au moins 434 mille personnes y étaient tuées. Le camp à  Sobibor, qui a été liquidé en novembre 1943 après le soulèvement organisé par les prisonniers, a été la place de la mort d’environ 250 mille personnes. Au territoire du camps de Treblinka, qui a été aussi liquidé en 1943, on a tué environ 800 mille Juifs.  En même temps, on a aussi accompli les exterminations de masse en cadre de „Aktion Reinhardt” au camps de Majdanek, quand même la quantité de victimes n’est pas connue.  

Tous les camps de concentration, les camps de travail et les camps d’extermination établis au temps de la Seconde Guerre mondiale au  territoire polonais incorporé à   l’Allemagne ou au territoire du Gouvernement général de Pologne (fondé par les Allemands) ont été créés par les autorités allemandes.  Le pouvoir y était exercé par les fonctionnaires allemands. Dans les camps on réalisait des ordonnances politiques de caractère bestial des autorités du Troisième Reich  y compris l’extermination de masse des catégories de populations, le travail forcé asservi et les expérimentations quasi médicales.